Témoignage de Viktor, khûbe en prépa ECE

« Peux- tu te présenter ? 

Bonjour à tous,

Moi c’est Viktor Gradoux, 20 ans et khûbe en ECE (classe préparatoire économique et commerciale voie économique) au Lycée Henri Poincaré à Nancy. Khûber dans le jargon épicier c’est faire une troisième année de classe préparatoire pour tenter à nouveau les concours et obtenir des écoles mieux classées (car en EC tout le monde a pratiquement une école à l’issue des deux années de classe préparatoire). Dans les prépas scientifiques on nomme cela faire 5/2 ( intégrale de 2 à 3 de  X dX…), en gros il faut avoir les reins solides pour khûber mais moi je le vis plutôt bien, je prends cette année non pas comme une année de stress supplémentaire avec des concours aléatoires au bout du tunnel mais comme une année d’épanouissement intellectuel et d’appronfondissement.

viktor-grad

Bien qu’il y ait un peu de pression car c’est ma dernière chance d’obtenir ce que je souhaite, refaire une troisième année c’est pas le diable, c’est l’occasion d’approfondir. Par exemple, en ESH (Economie sociologie, Histoire) la matière phare en ECE je me donne l’objectif de lire quelques livres d’économistes ou traitant de l’histoire économique comme en ce moment sur ma table de chevet  ‘’la dynamique du capitalisme’’ du maestro braudel. Une histoire économique du monde du 15ème au 18ème siècle pour mieux comprendre l’expansion du capitalisme en Europe. En bref, un livre très court (une centaine de pages) et sympa.

 Pourquoi avoir choisi de faire une classe prépa ECE ? 

Tout a commencé en seconde avec l’enseignement optionnel SES qui m’a intéressé et c’est aussi l’année de ma première lecture du magazine alter éco, je m’oriente alors vers la filière ES plus pluridisciplinaire que la S et plus centrée sur ma matière de coeur : la Science économique et sociale, tout en faisant sport/études à côté avec un entraînement quotidien. Après un bac ES (mention très bien) je decide de faire une classe prépa éco pour tenter l’entrée à l’école spéciale militaire de Saint Cyr.

Mais 2 ans plus tard admissible j’échouais si près du but à l’oral à la session 2016 à cause d’une pitoyable prestation à l’oral d’anglais et d’un sujet de microéconomie un peu piquant concocté par le fameux professeur E. enseignant au Lycée Henri IV . Mais la prépa ECE n’est pas seulement la voie d’accès par excellence à une des 25 écoles de commerce française, ou à l’ESM Saint Cyr  ( avec seulement 35 places pour le concours éco) mais c’est aussi une filière pluridisciplinaire donnant un  excellent bagage théorique et culturel avec une place importante accordée aux mathématiques et à l’economie sociologie histoire, mes matières de prédilection. D’ailleurs posons le décor: selon moi on ne peut pas penser tout le temps économie si il n’y a pas de bases mathématiques sous-jacentes et vice versa les problèmes mathématiques reposent souvent sur des problèmes économiques. Je vous invite à regarder le problème du sujet HEC 2016 voie E qui parle d’une fonction de production Cobb Douglas, et oui les modèles économiques néoclassiques sont avant tout économiques, ou du sujet HEC 1995 voie E demandant de modéliser des phénomènes rencontrés en démographie par une loi de Pareto.

Après il n’y a pas que les maths et l’éco, la ECE donne une place importante aussi aux langues étrangères , à l’actualité, aux problèmes de société, à la géopolitique actuelle. Cette année mes objectifs restent encore Saint Cyr mais aussi l’ESSEC Business School qui dispose d’un solide double diplôme en relations internationales/ économie gestion avec l’école de Saint Cyr. Durant une année complète passée sur le camp de Coetquidan, dont 6mois de formation académique et 6 mois de formation militaire, les élèves de l’ESSEC développent leurs facultés de management, de leadership , de prise de decision en situation de stress.

Pourquoi vouloir intégrer Saint-Cyr ? 

La formation à Saint Cyr permet de développer un esprit de leadership , et d’appréhender les questions actuelles, de bénéficier d’un cursus militaire et académique de très haut niveau centré sur les problématiques actuelles: qu’elles soient géopolitiques, économiques mais dans un contexte militaire dont la discipline n’est pas bradée ( il faut encaisser !). L’esprit d’équipe, de compétition, la ténacité sont les valeurs qui me définissent et sont très importantes à Saint Cyr.  Je vais voir ce que l’avenir me reserve mais je suis satisfait de mes premières semaines de khûbe.

As-tu des conseils pour les élèves qui préparent les concours ? 

Ce que je fais en ESH par exemple et ce que j’encourage à faire aux étudiants ECE qui préparent comme moi le concours de la BCE (khûbes et kharrés confondus) c’est bien sûr de relire régulièrement son cours en l’approfondissant avec un seul manuel fiable (j’accorde par exemple pour moi fidélité au Bréal) + en complément l’excellent livre: l’essentiel de l’histoire économique d’Arnaud La Bossière petit livre de poche offrant faits économiques et références originales et rafraîchissantes.

Puis ce que je fais c’est que je m’entraîne régulièrement à faire des introductions, des plans détaillés. Par exemple vous révisez pour votre DS sur la mondialisation prenez un sujet tombé au concours du style à HEC en 2003 (‘’La mondialisation est-elle irréversible’’?) et traitez le en faisant une introduction solide en veillant bien à faire apparaître l’accroche sexy, l’analyse des termes du sujet, le champ, la problématisation du sujet et son analyse ainsi que l’annonce du plan et en élaborant un plan détaillé. Surtout essayez de solliciter au maximum vos professeurs ils sont là pour ça, hélas je ne le fais pas assez. Je ne suis pas un adepte du ‘’stabilo’’ (‘’véritable émasculation cérébrale’’ selon le professeur J, Poincaré 2016) et du fichage sauf pour les chiffres et citations.

Après peut etre que c’est une redite, mais rien de tel que de lire régulièrement la presse économique spécialisée ( Alteréco, les cahiers français, les écos flash j’en lis au kilomètre sur n’importe quel problème économique), de regarder les émissions économiques, écoutez la radio, car plus vous serez plongé dans un bain économique plus les mécanismes vous deviendront naturels et compréhensibles c’est comme apprendre une nouvelle langue un bain linguistique dans le pays respectif vous fait progresser incontestablement. Ce n’est pas comme les cours de langues au lycée et même parfois en prépa où sur les 3 heures on parle deux heures en français. Et avant tout n’oubliez pas que le CONCOURS C’EST DEMAIN ne vous laissez pas submerger

Merci à Pauline, je vous invite à consulter son blog. »

L’éco pour les étudiants remercie Viktor Gradoux pour sa contribution ! 🙂

 

 

2 pensées sur “Témoignage de Viktor, khûbe en prépa ECE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *