L’économie expliquée par le foot !

L’économie expliquée par le foot, de Ignacio Palacios-Huerta (2015, aux éditions De Boeck, 28€)

 

Bonjour à tous 🙂

Aujourd’hui, je vais vous parler du livre L’économie expliquée par le foot, de Ignacio Palacios-Huerta. Si le titre est assez explicite, je pense qu’il est quand même nécessaire de vous expliquer avec un peu plus de détails ce que vous pourrez trouver dans cet ouvrage de référence.

eco-par-le-foot

 

Voici donc un petit compte-rendu de ce livre, mes impressions et une mini-fiche auteur…

 

Tous les fans d’économie devraient se retrouver dans cet ouvrage, disons-le tout de suite. La raison est simple : l’auteur est le premier (selon ses collègues, pas seulement d’après moi) à tenter d’expliquer certains faits économiques en utilisant le football (et d’autres sports, à de très rares moments). Quand tous les ouvrages qui liaient foot et économie empruntaient le chemin inverse, I. Palacios-Huerta l’assure : on peut expliquer l’économie en s’appuyant sur le foot !

Ceux qui ne sont pas fous de sport en général et de foot en particulier pourront donc en apprendre sur l’économie. Pour les autres, cette lecture sera une pure partie de plaisir, du début à la fin.

 

Quand les séances de tirs au but démontrent enfin l’hypothèse casse-tête de la théorie des jeux

 

Un exemple pour vous prouver que le foot explique l’éco ? La théorie des jeux, qu’on retrouve dans notre quotidien aussi souvent que dans les ouvrages économiques. Cette théorie repose sur l’hypothèse du minimax : tout agent rationnel doit avoir un comportement inconnu de son adversaire ET imprévisible, parce qu’il peut ainsi maximiser ses gains, ce que tout agent rationnel souhaite. Quand vous jouez à pierre-feuille-ciseaux avec votre sœur pour déterminer qui fait la vaisselle (le perdant, mais qui le sera ?), avouez que ce serait bête de lui dire ce que vous allez jouer au premier coup…

 

Tout ça est bien beau, encore faut-il prouver qu’empiriquement, et pas seulement pour ce jeu d’enfants, les agents sont rationnels. C’est là qu’interviennent les tirs au but : cette situation respecte toutes les conditions requises d’une expérience liée à la théorie des jeux : le tireur cherche à marquer, il est en face-à-face, il s’est déjà retrouvé dans cette situation, il a un adversaire bien déterminé – en l’occurrence, le gardien de but.

 

L’auteur démontre que les agents sont rationnels, et du fait des conditions respectées à la base, peut transposer ses conclusions à l’ensemble de la théorie des jeux. Bien sûr, ça peut paraître facile d’effectuer une telle manipulation, et j’ai ici minimisé le travail de l’auteur. Rassurez-vous, dans le livre, tout y est : pour une fois qu’un économiste fait preuve de tant de démonstration empirique et ne se perd pas dans des fantasmes irréels, ce serait bête de s’en priver.

 

Le foot au service de l’économie, ou le sport qui démontre la science

 

L’auteur ne revient plus sur ce champ par la suite. Néanmoins, il va toujours balayer les critiques de ceux qui ne croient pas en la résistance empirique des expériences économiques menées an laboratoire. Se rapprochant alors volontiers de ceux qui veulent faire de l’économie une véritable science, l’auteur est encore plus intraitable au fil de l’ouvrage, abusant de tableaux, d’hypothèses vérifiées et de conclusions qu’on ne peut remettre en cause.

 

Pendant les 9 chapitres qui suivent le premier, entièrement consacré à l’hypothèse du minimax, Palacios-Huerta démonte les arguments des plus sceptiques : tout y passe, de la psychologie sociale à l’économie comportementale. Utilisant le football comme preuve du bien-fondé de l’ensemble des théories économiques modernes, l’auteur fait preuve d’une grande actualité.

 

Plus que par son originalité, c’est donc dans sa capacité à questionner les enjeux économiques d’aujourd’hui que le livre se révèle être un essai majeur et incontournable. Répétons-le une dernière fois : nul besoin d’être passionné de foot pour apprécier cet ouvrage ; tous les passionnés d’économie s’y retrouveront : les petits et les grands, les étudiants comme les profs, les chercheurs autant que les profanes.


Mes impressions :

Un classique, déjà…

 

  • Un ouvrage original, où foot et éco ne font qu’un
  • Un auteur passionné et passionnant
  • Les dernières théories économiques expliquées, démontrées, foot à l’appui

 

 

Mais aussi : un néoclassique, encore ?…

 

  • Un ouvrage parfois déroutant : l’utilisation du foot pour prouver les théories les plus complexes peut paraître farfelue, et réductrice
  • Une volonté explicite de faire de l’éco une vraie science, faite uniquement d’agents rationnels…
  • Des chapitres complets difficiles à appréhender pour quelqu’un qui n’a jamais fait d’éco

 

conseil-de-lecture

 

 

Sur l’auteur :

Passé par le FMI un court moment, Ignacio Palacios-Huerta est diplômé de la fameuse école de Chicago, où il obtient son doctorat en 1995. Passionné de football depuis tout petit, l’Athletic Club de Bilbao et la sélection nationale des Pays-Bas font appel à lui à partir de 2011 et s’attachent ses services. Aujourd’hui, il est professeur à la prestigieuse London School of Economics et continue à publier des articles dans les revues les plus prisées.

eco-par-le-foot-2

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *