Interview de Thibault qui vient d’intégrer NEOMA BS !

Thibault Lemoine vient d’intégrer NEOMA Business School (campus Reims) après deux ans de classe préparatoire. 

thibault

 

1) Existe-t-il un changement de rythme entre la première et la seconde année, si oui, comment as tu adapté ton travail?

La première année est longue, vers le mois d’Avril nous commençons à compter le temps restant, mais la pression reste moindre et le rythme reste calme une fois qu’on est habitué aux attentes de la Prépa.

La seconde année, elle, est un mélange de vitesse et de pression ce qui la rend (à mon sens) beaucoup plus stressante et entraine un changement de rythme de travail. Je travaillais tous les soirs de 17h à 22h30 sans exceptions, donc oui le rythme s’accélère de manière significative.

Cependant le maitre mot doit être « l’organisation », il ne faut jamais perdre de vue que l’on prépare un concours, et non pas une kholle ou un DS. Ainsi il faut maximiser nos points forts et minimiser nos points faibles. Il faut donc adapter son rythme de travail en gardant dans notre tête la ligne d’arrivée, en travaillant régulièrement toutes la matières, et l’année passera très vite !

2) Comment travaillais tu l’ESH? (Livres, Fiches, épreuves ainsi de suite)

– Outils pour l’ESH

Alors à titre personnel, je faisais des fiches avec le cours de mon prof que je complétais à l’aide du Précis d’économie d’Emmanuel Combe. Cet ouvrage est indispensable, pourquoi ? Tout simplement parce que Emmanuel Combe est le concepteur des sujets d’ESH à l’ESCP, hors l’épreuve de l’ESCP est reprise par 90% des écoles hormis HEC, l’ESSEC et les Ecricomes ! On peut donc imaginer qu’il ne va pas s’amuser à mettre le jour J des choses qu’ils ne traitent pas dans son bouquin.

– Qu’est ce qu’une bonne fiche?

Pour moi, le plus important c’est d’être synthétique (pas plus de 15 pages pour un cours) et de mélanger Le précis, l’actualité et le cours de notre prof. Il faut garder l’essentiel, réellement, et se faire confiance le jour J !

Le petit secret que je peux également donner, c’est d’apprendre auteur / ouvrage / date. Beaucoup connaissent les auteurs mais pas les ouvrages, peu connaissent les dates, ainsi si nous faisons l’effort de tout apprendre, la note grimpera car notre copier renverra un message positif à notre correcteur !

3) Pour finir, as tu un petit conseil pour le jour J ?

Alors voila, on va éviter le blabla « Ne pas arriver stresser le jour J » ainsi de suite, tout le monde le sait. En revanche, rester calme peu importe le sujet et se faire confiance est une nécessité…
Il faut se dire qu’après deux ans (voir trois ans) de travail acharné, c’est LE moment de prouver que l’on a pas fait ça pour rien, de montrer de quoi on est capable en économie et de se servir de nos connaissances, peu importe le sujet.

Beaucoup d’étudiants retournent le polycopié et bégayent devant un sujet qu’ils estiment trop compliqué. Il faut alors se rassurer, et se dire qu’il est compliqué pour tout le monde. Dans ce cas la, le secret réside dans l’analyse des termes du sujet, c’est le moment crucial de l’épreuve ou on s’approprie le réel enjeu du sujet, et généralement, notre plan découlera de cette analyse!

Pour terminer, le dernier petit conseil que je peux donner c’est de soigner l’introduction, la conclusion, les transitions, et de s’appuyer sur les grands concepts macroéconomiques (analyse IS-LM, Philips, WSPS ainsi de suite…) qui sont valorisés dans la copie et négligés par énormément d’étudiants…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *